Italie : la victoire des anti-européens – Europe hebdo (07/03/2018)

[Musique] bonjour bienvenue au parlement européen à bruxelles pour un nouveau numéro d’ europe hebdo et on va bien sûr parler de l’italie après les élections à le pays est plus que jamais fracturé en deux à la lutte est ouverte entre extrême droite et populiste un difficile de savoir qui gouvernera le pays demain ni la droite ni la gauche ne détient la majorité c’est le populisme qui triompha le mouvement 5 étoiles en tête 1 puisqu’il termine avec 32 et demi des 20% des voix mais aussi le parti d’extrême droite la ligue 1 qui recueille 10,7 et demi pour cent des suffrages alors comment expliquer cette vague populiste et quelles conséquences pour l’europe c’est le thème de notre débat aujourd’hui trois invités montjoie sur ce plateau mercedes bresso bonjour vous êtes députée européenne italienne à du groupe des socialistes et démocrates vous êtes membre du parti démocrate et le parti de matteo renzi un grand perdant des élections merci d’avoir accepté notre invitation stelios loulou bonjour vous êtes député européen grecs 1 du groupe de la gauche unitaire européenne membre de syriza il est aussi journaliste et réalisateur merci d’avoir accepté notre invitation enfin jean quatremer vous êtes correspondant de libération à bruxelles à je signale votre blog sur internet coulisses de bruxelles a pour ne rien rater de l’actualité européenne avant de débattre les images c’est un pays habitué depuis longtemps au désordre politique n’est aujourd’hui d’italie est vraiment en roue libre à aucun parti aucune coalition n’a obtenu la majorité pourtant une tendance se dégage un l’hostilité à l’europe et le rejet des élus françois moulin deux scores historiques mais pas de vainqueur ni matteo salvini le patron de la ligue du nord ni luigi di maio à la tête du mouvement 5 étoiles n’ont réussi à remporter la majorité des sièges au parlement salvini le candidat d’extrême droite alliée de marine le pen au parlement européen emmène une grande coalition de droite avec silvio berlusconi ils recueillent ensemble 37% des suffrages c’est une grande satisfaction pour la ligue pour salvini ces résultats sont historiques n’avons jamais eu de tels résultats dans le passé nous recueillons des votes du nord au sud je crois que matteo salvini a su gagner ce défi aucune alliance n’est envisagée avec le mouvement cinq étoiles de luigi des maillots l’autre grosse surprise de ces élections qui devient avec 32% des suffrages le premier parti d’italie c’est côté d’aaa des garamantes r si ces résultats devaient se confirmer ce serait une apothéose et cela démontre le travail que nous avons fait et surtout cela démontre que tous devront venir parler avec nous le parti démocrate de matteo renzi lui essuient une défaite historique avec moins de 20% des voix au pouvoir depuis 2013 le parti de centre gauche va jouer les arbitres une alliance avec les populistes du mouvement 5 étoiles n’étant pour l’instant pas exclu une situation instable se dessinent les tractations des prochains jours s’annoncent longues et complexes lors des dernières élections de 2013 elle avait mis plus de deux mois à aboutir [Musique] mercedes bresso qui est bordé l’oas et le titre du quotidien il tempo lundi dernier ça résume assez bien la situation ouais ça résume plutôt bien la situation je peux dire c’est certain que nous avons perdu parce que nous avons perdu énormément de voix ce qui n’est pas certain si quelqu’un a gagné parce que le système électoral les primes les coalitions et donc la réalité ceux qui ont gagné sur le centre droite avec matteo salvini de vente donc ça c’est quelque chose de pour l’europe la plus inquiétante les cinque stylet qui nous ont toujours cracher dessus maintenant il essaye de relancer un peu de de message mais je crois que notre devoir c’est de faire l’opposition il ya quelqu’un qui a deux deux groupes qui disent avoir gagné bien le président de la république a le choix un vu qu’il ya deux gagnants c’est la première fois qu’on a deux gagnants est en réalité aucun c’est lorsque le groupe comment vous réagissez au succès du populisme et de l’extrême droite à qui totalisent plus de 50 % en italie un des six pays fondateurs bon d’accord il ya la crise profonde du système politique traditionnelle italienne mais aussi je pense qu’il ya des facteurs qui concerne aussi les bruxelles les dirigeants européens pasquet on a laissé tomber l’italie on a laissé le taux bas l’italie à la fois ci la question des réfugiés comme ce fut le cas aussi avec la grèce

mais aussi on a laissé tomber les gouvernements à enrayer les forces démocratiques et progressistes en italie la mode et de l’extrême-droite est partout les faits qui on a beaucoup de difficulté de former un gouvernement on est parti on les voit partout même en allemagne alors nous avons à mon avis c’est la dernière avertissements à l’europe qu’il faut changer la déco radicalement delà de la direction faisait de la politique jean quatremer un certain rejet de l’europe at il contribué à la montée de ce populisme tous les cas ce que ce qui est défait dans les urnes année après année c’est la politique européenne où la politique économique telle qu’elle était vue par une partie de la droite européenne et notamment la cd ou allemandes ça faut dire les choses clairement c’est à dire quand même je dirais que c’est le modèle de gouvernance de wolfgang schauble l’arrogance et le côté donneur de leçons vous faites comme si fait comme ça nous sommes les meilleurs et c’est qu’ effectivement n’a pas fonctionné et le refus de toute solidarité aussi financière alors sa passe était la grèce a été hélas à laboratoire un peu malheureux mais je veux dire que le côté allemand c’est on veut bien vous aider mais vous allez prendre une cure de rigueur absolument vieux violente quelque chose qui a été rejetée et les allemands brutalement découvre la nécessité la de la solidarité quand ils sont eux-mêmes débordés par des réfugiés et à ce moment là les allemands deux appels à l’aide et c’est vrai que personne n’est venu à en être des allemands pas plus qu’on est venu à l’aide d’ailleurs des italiens c’était chacun pour soi les français n’ont pas été particulièrement brillant dans cette affaire on a surtout on a multiplié les contrôles aux frontières renvoyer les enfants dans les montagnes vers c’était à donner une image de l’europe en fait non solidaire donneuse de leçons mais encore une fois ce n’est pas l’europe c’est les ce sont les forces de droite qui domine l’europe si on change pas l’europe le plus rapidement possible la prochaine fois dans nombreuses en trois ans quatre ans cinq ans ça sera l’extrême droite partout je partage à deux seulement l’analyse que pour nous fédéraliste européenne pour ceux qui sont pour l’europe c’est urgent de changer l’europe l’europe unie ne peut pas être une europe qui ne fait que donner des leçons c’est doit être c’est d’ailleurs ce maquereau dit une europe tiède qui protège parce qu’on n’est plus les plus forts au monde 1 on a besoin aussi de se protéger donc il faut offrir à nos citoyens protection civile sur ce vote protestataire en italie c’est quoi la crise économique alors on y est je crois je fera que l’italie n’est pas sorti de la crise économique pour tout le monde on est sorti dans le sens que on en a un bon taux de croissance on a recommencé à créer des emplois mais ce n’est pas vrai pour tout le sud au sud les jeans post elles n’ont pas gagné ni contre l’europe unie pour la droite ni même pas contre les migrants ils ont gagné en promettant en salaires pour tous sans travailler et ça c’est c’est inimaginable c’est ce que nous on a dit mme évidemment c’est plus difficile à faire comprendre ce qu’il faut c’est créer du travail on ne peut pas imaginer un pays qui vit aux crochets de qui de soi même que qui va payer ces salaires un promesses démagogiques dormait dans les magazines et très démagogique si vous regardez le nombre de chômeurs dans les régions du sud vous voyez tout de suite le vote cinq étoiles c’est l’idée d’avoir de toute façon une garantie 1an salaires et puis travailler au noir quelque chose que malheureusement on fait souvent dans notre pays alors je crois que on ne peut pas dire qu en europe en italie ont gagné les européennes ont gagné les populistes et ça c’est les 5 5 étoiles et ceux qui sont contre les migrants c’est vrai l’italie étaient laissés seuls mais c’est vrai aussi qu’on a un énorme problème en europe par tous les partis de gauche peur de devoir parce que ils font leurs devoirs de l’aide humanitaire et isaac cette incitation contre laquelle on a beaucoup de difficulté à l’it et je crois que l’italie a démontré qu’on peut travailler pour réduire les flux d’une façon humaine c’est à dire en créant des cannes mais gérée par les nations unies en aidant année dans l’afrique à se développer mais c’est des choses qui demandent du temps c’est pas demain 1 et aujourd’hui ce qu’on voit c’est les migrants qui continuent à arriver moins qu’avant mais nous devrons continuer à arriver en grèce mais la grèce est pas tomber pour autant dans une ssii leconte de lisle continuer les îles à côté de la turquie sont débordés et il n’ya pas l’aide promise mais jamais jamais arrivé ce qui se passe en europe aujourd’hui c’est pas effectivement des mouvements contre l’europe évidemment de nationalisme s’ils gagnent finira par détruire l’europe ça c’est une évidence mais ils n’ont pas gagné en faisant campagne contre l’europe par exemple le

mouvement 5 étoiles ils ont abandonné leur idée de référendum sur l’euro et ils ont fait une campagne sur effectivement le travail l’emploi l’extrême droite sur l’identité sur le rejet de des étrangers c’est à dire que l’extrême droite partout en europe a vu que la sortie de l’europe l’exemple du brésil et la haine ne fonctionnait pas et donc ils ont abandonné sa ils reviennent sur leur coeur de métier qui est la xénophobie ou des promesses effectivement démagogique voilà ce que je ne pars pas de parti populiste moi personnellement je parle de partie démagogique parce que j’estime que le parti démocrate représente ou que syriza représente le peuple dira autant que ces gens de ces néo nazis ou donc pour arrêter par les pattes de partis populistes ou tous les partis tous les élus représentent le peuple nous parlons de partie démagogique c’est-à-dire qu’ils promettent n’importe quoi en sachant qu’ils n’auront pas les moyens de tenir leurs promesses sur cette crise est ce que c’est une crise de plus qu’a connu l’italie où elle souhaite que la laisse sérieuse elle menace vraiment l’europe et les crises je ne pense pas que ça menace l’europe sa menace l’italie parce que l’italie comme vous savez à une grosse dette et est donc le robert excite version italienne envisageable si tu es hier on voit très bien que le break c’est la gérer même pour un pays qui était en dehors de tout comme la grande bretagne pour nous ce serait impossible mais personne ne veut en réalité les italiens ont dit clairement veut l’euro est heureux a dit monique on préférera la lie non je crois que ce sera très grave surtout parce qu’on risque d’augmenter ultérieurement la dette est de se trouver dans une situation comme celle grecque mais l’italie n’est pas la grèce est trop grande et en plus c’est vraiment dommage parce qu’on était en train de reprendre un excédent commercial qui est le deuxième en europe et en pourcentage est supérieur à celui allemand donc notre économie est en train de se reprendre ma crainte c’est qu’elle elle retombe à cause d’une augmentation de la dette qui devient non tenables et qui nous met dans la situation grecque c’est là le vrai danger c’est pas l’heure juste europe la prochaine l’année prochaine on fera la campagne sur l’europe et je craque de nouveau les résultats vont changer justement la grèce avoue me fait une parfaite transition reste dans le sud de l’europe donc direction la grèce après huit ans d’austérité la grèce entre voit la sortie de crise le pays a accepté de privatiser ses ports ses autoroutes ses aéroports à son énergie en échange de l’argent des créanciers qui en a le moins profité le reportage au port du pirée qui appartient dorénavant au groupe chinois cosco le reportage sur place de françoise rey [Musique] oh au petit matin le port du pirée se réveille tranquillement mais à quelques kilomètres l’activité est intense et depuis l’arrivée d’une entreprise chinoise il ya dix ans elle n’en finit pas de grandir cinq fois plus de containers passe dans les pinces des immenses grues du port pendant qu on augmentait la capacité du quai numéro deux ont lancé la construction d’un troisième quai et on continue sa construction à la fin on aura presque doubler les capacités du port à la mi-2010 en 2016 l’entreprise chinoise cosco a pris le contrôle du port 67 % de la société à terme pour un investissement promis de 700 millions d’euros dans les cinq ans une aubaine pour la grèce selon cosco je pense que l’état grec et gagnants ont créé plus de 1600 nouvelles opportunités de travail new évidemment on paie beaucoup de taxes au gouvernement nous permettons aussi à l’industrie de croître donc il y à un bénéfice mutuel dans ce contrat au sein de la structure propriétaire du port autrefois majoritairement public le discours ne dévie pas de la ligne officielle de cosco nous pensons que c’est une situation gagnant gagnant le port du pirée a profité de gros investissements l’état grec n’aurait pas pu le faire seul essai très favorable pour l’économie locale et nationale en plus de l’argent gagné en vendant ses parts à causse qu il y a les investissements déjà effectués et ceux qui vont encore venir bac c’est un investissement gagnant gagnant pas pour tout le monde sous la pression de ses créanciers la grèce a réduit le salaire minimum déréguler le droit du travail et baisser le pouvoir des syndicats et sur le port cela s’est senti très vite

minimes à nos salaires ont baissé de 35% ya plus d’horaires le patron peut appeler pour travailler quand il veut en ce moment dans le port nous sommes mille employés avec 800 horaires différents ils t’appellent quand il a besoin de toi ça c’est la nouveauté que cosco applique sur la totalité du port moment il ya une croissance au pirée mais c’est à cause qu seulement que ça profite pas à nous ni à nos familles en grèce tout ou presque est à vendre il y a même un catalogue en ligne le gestionnaire de gaz une autoroute la compagnie de télécoms panayotis la phase à nice est l’un des fondateurs de syriza le parti de gauche anti austérité actuellement au pouvoir ancien ministre du gouvernement de sipera ce il a quitté son poste lorsque le premier ministre grec a accepté de poursuivre la vague de privatisations sous la pression des créanciers des privatisations n’obéissent à aucune logique économique quand on parle avec ces gens qui ordonne les privatisations on leur demande ce que la grèce et le peuple gagne dans tout ça la réponse c’est rien rien ne sert l’intérêt public y en ait pas qui dément chercher faire à partager avec l’argent généré par les ventes au secteur privé ils disent qu’ils vont faire baisser la dette publique aujourd’hui la grèce est une colonie de dette qui doit tout accepter et se laisser dépasser en tant que pays souverain pour que la dette soit remboursée sacrifices inévitables pour certains pillages pour d’autres les privatisations ont été la condition non négociable pour que la grèce reçoive un troisième plan daide de la troïka et éviter la banqueroute la gestion publique n’est pas efficace et beaucoup de biens restent inexploités le secteur public ne voulez pas investir mais le problème des privatisations surtout au début c’est que vous ne pouvez pas négocier une vente équitable quand vous êtes en situation difficile red one lieu aréna des faits qu’on sait tous combien ces ventes ont rapporté à la grèce il n’existe aujourd’hui aucun chiffre officiel tout juste les citoyens saft il que l’ancien aéroport d’athènes a rapporté un peu moins d’un milliard d’euros un prix au mètre carré largement inférieur au marché sté losc ou love you est ce que la grèce se retrouve financièrement avec ses ces privatisations à qui profite cette privatisation écouter mais plutôt aux acheteurs qui est l’agressé évidemment si on impose un pays d vendre les bijoux de la famille un pays qui est en crise et qui est qui qui n’a déjà témoigné à se financer alors ça va aboutir à une braderie c’est ça qu’on a qu’on a vu qu’ils adressent à ce moment là et les gouvernements tous les gouvernements non seulement le gouvernement de syrie ont été obligés de les faire et c’est pas seulement les cas de kochko au rapid chirurgie le cadet des quatorze aéroports qui ont été achetés par un consortium avec fera porte une à deux reprises à limogne à la tête on a sélectionné les les airs pour le profitable et par les échos pierre un problème d’abord les la proposition collègues étaient divisés en deux groupes avec des bonnets des aéroports bénéficiaire est aussi déficitaire mais après on est dans notre galerie non il faut vendre les quatorze aéroports profitable non on a bâti tout et après il ya d autres concessions à ses côtés le contrat parce que là l’état grec quand même va subventionner tous les travaux s’il ya un problème paraissait problème assure logique l’état grec va subventionner les travaux supplémentaires c’est aussi qu’ils se donnent encore plus ou moins coloniale oui c’est d’espresso il ya trois ans sur ce plateau se demander si la grèce elle allait sortir de ré de dubout le tunnel la paf on nous dit qu’elle sort quand même du tunnel mais qu’est ce qui s’est passé alors je pense que la grèce a fait beaucoup de sacrifices mais malheureusement dans ce cas là il était obligé parce que la date et responsabilités non pas d’une mais des gouvernements précédents je crois que dans le cas du pirée par exemple le pire est devenu compétitif par rapport à rotterdam en certains me l’aurait jamais vu hambourg il n’aurait jamais pu le faire tout seul la grèce est une plateforme naturelle pour les changes avec l’est donc je

crois que dans ce cas ça a été une bonne chose pourrait pour la grèce parce que ça laisse à leur amène des investissements après c’est clair il faut redonner de la force syndicale pour qu’ils résistent parce que le patron chinois devra comme tous les patrons si les syndicats de la force traiter avec eux parce que il est obligé de travailler là il peut pas amener le port du pirée en chine c’est différent de par exemple rendent une entreprise et dont le lenovo va être transportée ailleurs la le port est là et c’est un avantage pour l’europe et pour la chine d’avoir une plateforme efficace de pour les commerces donc ça dépend des situations je crois que aussi dans les aéroports un des privés des allemands qui achètent des aéroports en grèce ça veut dire c’est triste pour l’italie ça veut dire énormément de touristes allemands seront transportés en grèce se dansait à travers ses repas ses des investissements qui amène des clients agressent le bout du tunnel mackay le ministre de l’eurozone des finances de rejoindre qui disait que la grèce coché toutes les cases après neuf ans il est quand même temps que la grèce sorte de la crise alors si le gouvernement syriza ne fait pas de bêtises comme le gouvernement de la nouvelle démocratie en 2014 a fait où ils sont crus à ce moment là que tout est arrivé il faut quand même se rappeler que la crise a recommencé non pas à cause de syriza on oublie un peu vite la cause de samaras le patron nouvelle démocratie calqué à 7 est terminée et il a replongé le pays dans la crise alors je parle pas de la gestion catastrophique des six premiers mois et notamment du ministre des finances de l’époque qui était le fait de ne pas quitter sa moto plutôt que de venir faire de la politique à bruxelles mais il faut donc je crois qu’il est temps de dire que tous les pays qui ont connu une crise au bout de trois ans sont sortis chypre portugal l’irlande l’espagne de son plan bancaire et c’est donc évidemment la grèce doit en sortir je me suis un petit peu de ce genre de générer de deux photos instantanées comprendre une situation la grèce privatise wii est voir d’où elle est partie voir que à partir des années 80 le parti socialiste espagnol gouverné par papandreou père a lancé la grèce dans un modèle qui était le modèle des pays de l’est privatisation plupart dont nationalisation de l’ensemble du secteur économie la grèce c’était quoi c’était un monstrueux au secteur économique public qui ne fonctionnait pas avec des micro entreprises très peu profitable à tavers le petit hôtel la chambre chez l’habitant c’était ça la grèce et les grandes fortunes partez à l’étranger pour échapper effectivement à l’impôt et donc ses grandes ces grandes entreprises c’était quoi c’était un endroit où les partis politiques placer leurs copains c’était les copains et les coquins il existe sur ce n’est pas ça la gestion socialiste des socialistes après nouvelle démocratie qui a trouvé intérêts chacun placé ses amis c’était un système clientéliste le port du pirée tu étais un pur magnifique en entrant à rendre compte ne fonctionnait pas les aéroports on parle de la privatisation de l’ancien aéroport d’athènes attendez c’est en 2004 qu’il a fermé personne n’a été fichu en cinq ans de vendre eux s’étendre l’aéroport est en bord de mer c’est un des endroits les plus beaux d’athènes et ça n’a pas été vendu parlons du village olympique qui est en ruine veut dire que ce truc aurait dû être vendue et ben ça n’a pas été oriali veille la capacité de l’état grec à gérer l’économie parce que ce n’est pas le rôle de l’état de gérer l’économie donc le aujourd’hui il fallait en sortir alors là je rejoins monsieur c’est qu’on n’est pas sorti dans les meilleures conditions parce que quand il a fallu privatisée au moment de la crise évidemment quand vous êtes dos au mur ou privatisées dans les pires conditions mais il fallait sortir de ce système alors à terme la grèce en bénéficiera aura un secteur économique qui sera sans doute plus plus actif plus attractif mais c’est vrai que ils ont vendu les bijoux de famille mais qui était dans un sale état c’était quand même les cuirs étaient tordus et c’est dans les pires conditions voilà allez on passe à notre rubrique donne fact checking à l’europe peut-elle devenir encore plus démocratique de l’avis de la commission et du parlement européen oui un plus précisément ils veulent rendre la désignation du président de la commission plus transparent on y applique ont désormais directement les lecteurs européens comment grâce au système de style zen candidate à la va vite si le candidat là le principe du candidat en tête de liste cécile michaux des couteaux regardant réagi juste après [Musique] comment sera désigné le prochain président de la commission européenne lors des élections de 2010 9 le débat est vif au sein de l’union donald tusk président du conseil européen assure que permettre à l’électeur d’intervenir dans le choix du président de la commission via un procédé appelé speed jeune candidate ne sera pas plus démocratique qui a aidé à [Musique] la commission et le parlement européens eux veulent que ce système déjà appliqué lors des élections de 2014

le souhaitent aussi en 2019 pour comprendre l’origine de son désaccord il faut se cacher sur les relations entre les membres de ce trio institutionnels commission et parlement européen sont là entre autres pour proposer voter et mettre en oeuvre la législation européenne les dirigeants des 28 états membres forment le conseil européen qui est surtout là pour donner une impulsion dans la politique globale mais il a son mot à dire dans certains domaines dont celui de la désignation du président de la commission c’est le conseil qui choisit un candidat comme président de la commission et c’est au parlement d’approuver ou non sa désignation est depuis le traité de lisbonne en 2007 désignation doit tenir compte des élections européennes la commission et le parlement veulent donc appliqué le speed jeune candidate chaque parti politique choisi un candidat tête de liste et le conseil de choisir parmi ceux-ci voire même choisir le candidat du parti majoritaire les défenseurs du speed jeune candidate espère ainsi favoriser la mobilisation des citoyens aux élections européennes les leaders européens eux craignent de perdre un peu de leur pouvoir au sein de l’union mais aussi de voir les partis eurosceptiques ou extrémiste remporter les élections leur argument pour défendre leur légitimité les membres du parlement et du conseil sont déjà directement élue par les citoyens mais grâce aux pics de la candidate l’électeur peut directement intervenir dans cette désignation alors le système de speed jeunes candidats tétine moins démocratique une élection seulement influencé par les dirigeants des états membres c’est faux l’europe doit être plus démocratique notamment au niveau de la commission avait absolument le parlement voudrait non seulement voter parce que ça c’est notre pouvoir voter le président de la commission si ce ne sera pas celui qui a gagné les élections aussi à travers une coalition il peut gagner aussi à travers une coalition on ne votera pas mais on voudrait voter vraiment aussi les membres de la commission et ne pas avoir un membre de commission par enda membres chasser c’est peu démocratique et peu efficace justement jean quatremer vous avez révélé pour libérer pour libération les conditions controversées l’anomie scène de la nuit nomination du secrétaire général de la commission c’est un alors c’est maintenant un allemand martin c’est le meilleur un braquage selon vous que c’est un braquage parce que c’est un ami personnel de jean claude juncker et ça montre aussi je dirai tout le danger du système des speeds un candidat tonnes parce que au rythme où on est partis actuellement comme le parti populaire européen les majorités en europe et va le rester sans doute après les prochaines élections ça veut dire que le président de la commission sera de droite pour les 50 prochaines années et que on pourra rien faire et qu’il pourra placer tous ses hommes dans les institutions on le voit au sein du parlement où vous avez un secrétaire général allemand claus velte qui place tous ces hommes du ppe dans la machine administrative à la commission c’est la même chose et la commission et c’est à dire des fonctionnaires non élus qui ont amené noir en mémoire etc qui s’est passé à la commission c’est d’une gravité extrême parce que là on passe notre temps à donner des leçons aux grecs on va leur expliquer comment ils font embaucher des gens comment font embaucher les fonctionnaires qu’il faut des procédures claires et transparentes là depuis trois semaines on pose des questions à la commission sur les conditions de nomination de martin c’est le meilleur on n’a aucune réponse une succession de mensonges moi j’ai hâte ga que la légende la commission retourne à athènes pour expliquer aux grecs comment on fait une embauche non contestable qu’est ce que vous reprochez à cette nomination c’est que sa mère et par le niveau il n’avait pas le grade la procédure a été violée il y avait qu’un seul candidat etc etc je veux dire on se rend compte en réalité que dès le départ il voulait nommer son protégé martin senn mayer il aurait pu nommer son cheval on le faisait à une époque on faisait de son cheval un roi ou un vice roi aujourd’hui c’est martine ses meilleurs ça me pose un problème de démocratie de fonctionnement de la commission la fonctionnement des institutions j’espère que le parlement va s’emparer de cette affaire parce que ces étapes sont d’accord ils essayent de s’en emparer mais évidemment il ya le ppe oui ce sera la mission a nécessairement le premier parti mais la première abolition je vous rassure c’est au début de cette émission pour plus d’informations je renvoie aux téléspectateurs à votre blog à ça s’appelle coulisses de bruxelles sur internet cet exil a renoncé merci merci d’être venus débattre avec nous merci de nous avoir suivis bonne suite des programmes sur les chaînes parlementaires et la rtbf bail [Musique]